L’autoconsommation est un sujet de plus en plus répandu chez les professionnels, les particuliers et les collectivités désireux d’agir pour le bien de la planète. Et pour cause, ce système permet de produire directement l’énergie que vous consommez. La solution idéale si vous souhaitez réduire votre dépendance aux fournisseurs d’énergie et aux énergies fossiles. Quand on pense autoconsommation, on pense souvent panneaux solaires ou panneaux photovoltaïques. Si certains de ces termes vous sont familiers, d’autres le sont peut-être moins. Rien d’étonnant pour un sujet qui peut s’avérer technique.
Enneo vous propose de découvrir les clés pour décoder les secrets de l’autoconsommation grâce aux panneaux solaires. Fonctionnement, avantages, financements… On vous dit tout !

L’autoconsommation, qu’est-ce que c’est ?

Comme son nom l’indique, l’autoconsommation consiste à consommer ce que l’on produit. Au même titre que les ressources animales ou agricoles, l’énergie s’inscrit aussi dans cette dynamique. Mais toutes les formes d’énergies ne s’y prêtent pas, et l’électricité reste l’énergie verte de prédilection de l’autoconsommation.

Mais encore faut-il avoir les bonnes installations. Les plus courantes pour les particuliers sont les panneaux solaires. Également appelés panneaux photovoltaïques, ces équipements permettent de transformer l’énergie solaire en électricité. Un avantage écologique indéniable quand on sait que le soleil est la source d’énergie par excellence : gratuite, puissante, inépuisable et présente sur toute la planète ! Une installation de panneau solaire vous permet donc de produire votre propre électricité verte, de la consommer, mais aussi de la vendre.

En France, l’autoconsommation a fait un bon de géant entre 2017 et 2019. En effet, Enedis a recensé un total de 52 096 installations raccordées au réseau en 2019, contre 13 877 deux ans plus tôt. Des chiffres qui prouvent que le système marche, et mieux, qu’il se démocratise chez les particuliers et les professionnels.

L’info Enneo : quel âge ont les panneaux solaires ?

Si son utilisation est en plein essor depuis 2015, le panneau solaire et son fonctionnement sont en réalité bien plus âgés.

Le principe photovoltaïque a été développé en 1839 par le physicien français Antoine Bequerel. 74 ans plus tard, en 1913, c’est le physicien américain William Coblence qui dépose le brevet, sans pouvoir mettre en application le principe photovoltaïque.

Il faudra attendre encore 3 ans pour que Robert Milikan produise de l’électricité avec une cellule photovoltaïque. Pendant 40 ans, le système est abandonné faute de rendement.

Finalement, c’est en 1954 que les laboratoires Bell annoncent la première cellule solaire avec une efficacité énergétique d’environ 6 %, puis elle atteint environ 9 % en 1958.

La première maison équipée d’une installation de panneaux solaires est construite par l’université du Delaware en 1980, et les installations photovoltaïques sont rendues disponibles au public en 1995.

Il aura donc fallu plus de 150 ans de recherche pour dompter l’énergie solaire et la transformer en électricité consommable.

Fonctionnement d’un panneau solaire

Maintenant que vous en connaissez l’origine, passons à son fonctionnement. Pour comprendre comment marche un panneau solaire, il faut d’abord comprendre le principe photovoltaïque, et revoir par la même occasion quelques notions de physique.

En partant du principe que la lumière est une particule et non une onde, la cellule photovoltaïque repose sur la circulation des particules lumineuses, les photons. Ces derniers pénètrent dans le silicium, un élément semi-conducteur qui compose la cellule. Les électrons présents dans le silicium vont être déplacés dans un sens par la présence des photons. Et qui dit déplacement d’électrons dit courant électrique !

En assemblant plusieurs cellules photovoltaïques dans un panneau solaire, on peut créer suffisamment de courant pour alimenter un logement en électricité. Il suffit d’ajouter à cela un système de câble qui relie l’installation au calculateur de courant pour mesurer le volume de kWh produit par vos panneaux solaires.

Autoconsommation, revente, stockage... Comment rentabiliser un panneau solaire ?

Le fonctionnement du panneau photovoltaïque et son efficacité ne sont plus à prouver. Cependant, pour passer à l’autoconsommation, il ne suffit pas de produire, il faut aussi consommer l’électricité que vous produisez, et pouvoir réinjecter l’excédent dans le réseau. Alors comment faire ? pas d’inquiétude, votre installation photovoltaïque vous permet d’aller plus loin que la simple production d’électricité.

Comment bien produire mon électricité solaire ?

Lorsque vous utilisez vos appareils électriques en journée, vous consommez directement l’électricité produite par vos panneaux solaires durant la période d’ensoleillement. Pour ce faire, il convient d’estimer au préalable la production possible de votre installation. Celle-ci prend en compte plusieurs paramètres :

  • La localisation de votre logement
  • L’orientation des panneaux
  • La direction des ombres alentours
  • Les conditions météo
  • La température qui règne sur le toit

C’est ainsi que rentre en compte la notion de kWc ou kilowatt crête. Cette mesure correspond à la puissance électrique maximale fournie par un panneau solaire dans des conditions standards telles que :

  • Un ensoleillement de 1 000 watts/m²
  • Une température ambiante de 25°C (au-delà de cette limite, le rendement des panneaux photovoltaïques diminue)
  • Un ciel dégagé

Rappelez-vous que le kWc est une indication théorique. Il vous faut donc prendre en compte les spécificités de votre logement pour évaluer la production réelle de vos panneaux solaires.

Comment bien consommer l’électricité produite par mon panneau solaire ?

La nuit, vos panneaux solaires ne génèrent pas d’électricité. Votre maison a donc besoin d’être raccordée au réseau électrique local pour fonctionner en dehors des heures d’ensoleillement.

Il est donc important d’adapter vos habitudes de consommation pour utiliser au mieux l’électricité que vous produisez. En effet, l’autoconsommation nécessite quelques ajustements dans l’utilisation de vos appareils énergivores pour rentabiliser vos installations. 

Par exemple, il est préférable de lancer vos machines la journée (lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge,…) pour éviter d’utiliser le réseau électrique la nuit. Ces appareils sont énergivores, même en heures creuses alors autant profiter de l’énergie solaire gratuite ! 

Vous pouvez également opter pour l’installation d’équipements domotiques qui régulent l’énergie produite par vos panneaux. Ils permettent en outre de monitorer l’électricité que vous consommez sur votre installation photovoltaïque, afin de revendre le maximum de surplus électrique, et de consommer le minimum sur le réseau local, hors période d’ensoleillement.

Que faire du surplus d’électricité ?

C’est le sujet qui vous permet d’amortir le coût de l’installation des panneaux solaires. Lorsque vous utilisez vos appareils électriques en journée, vous consommez directement l’électricité produite par vos panneaux photovoltaïques. Généralement, la production d’énergie excède vos besoins réels. C’est ce qu’on appelle le surplus d’électricité, que vous pouvez revendre en raccordant vos panneaux solaires au réseau électrique.

En choisissant l’option de revente, un fournisseur d’énergie s’occupera de l’installation. C’est l’onduleur qui mesure la part d’électricité consommée et la part d’électricité réinjectée sur la totalité de votre production. Ce petit appareil est primordial pour vous permettre de suivre la quantité d’électricité que vous revendez.

Qui sont les acteurs du solaire en France?

Lors de l’installation de vos panneaux solaires, votre logement doit être raccordé au réseau. Cela vous permet de revendre l’électricité produite en surplus et de bénéficier de la prime à l’autoconsommation. Différents acteurs du marché de l’énergie interviennent pour rendre cette démarche possible. Enneo gère pour vous les échanges avec tous ces acteurs institutionnels. Cela vous permet de ne pas multiplier les interlocuteurs et de faire réaliser votre installation de panneaux photovoltaïques en toute sérénité.

Enedis : Cette filiale du Groupe EDF est un gestionnaire de réseau de distribution (GRD), également appelé distributeur. Cette entreprise est chargée de la gestion d’un réseau public de distribution d’électricité. Elle réalise le raccordement de l’installation au réseau, effectue les dépannages et la relève du compteur.

Le CONSUEL : Le Comité National pour la Sécurité des Usagers de l’Electricité est une association reconnue d’utilité publique. Elle est chargée, en France, du visa obligatoire d’attestations de conformité des installations électriques.

EDF OA : Comme Enedis, EDF Obligation d’Achat est une filiale du Groupe EDF. Sa mission est de gérer les contrats d’achat avec les producteurs d’électricité issue des panneaux solaires.

La CRE : La Commission de Régulation de l’Énergie détermine les tarifs de vente du surplus d’énergie en fonction de la puissance de l’installation, mesurée en kilowatt-crête (kWc).

Puis-je stocker l’électricité que je produis ?

En théorie et en pratique oui. Mais en réalité, le stockage demande encore quelques optimisations. Sa technologie, encore peu performante, est également peu rentable. La vente de surplus d’électricité permet notamment de pallier cette limitation.
L’autoconsommation solaire vous permet de produire 20 à 40% de l’électricité que vous consommez. Le reste vous est fourni grâce à un raccordement au réseau électrique et à une souscription auprès d’un fournisseur d’énergie. L’utilisation d’une batterie peut permettre de stocker l’énergie que vous ne consommez pas, et vous évite de dépendre des fournisseurs d’énergie. Selon vos habitudes de consommation, une batterie vous permet d’atteindre un taux d’autonomie de 70%.

Quel prix pour une batterie solaire en 2020 ?

Le prix des batteries solaires varie essentiellement en fonction de la technologie utilisée par votre installation, et de sa capacité. Voici une liste de prix indicatifs pour 1kWh de batterie solaire en 2020 : 

Prix en € / kWhType de batterie
500 – 600 €Batteries haut de gamme au lithium (LG chem, Tesla Powerwall 13, Mercedes Benz)
200 – 250 €Batteries solaires AGM
200 – 300 €Batteries solaires gel
100 – 300 €Batteries solaires au plomb

Comment passer à l’autoconsommation ?

Les questions du budget autour des installations de panneaux solaires suscitent de nombreuses questions : rentabilité, coût, financements… Voici quelques éclaircissements. Pour encourager les particuliers à s’engager dans la transition énergétique, l’Etat a prévu des aides pour certains travaux de rénovation énergétique, dont l’installation de panneaux solaires.

Passer à l’autoconsommation : combien ça coûte ?

Avec un bon dimensionnement, passer à l’autoconsommation peut coûter moins de 1€ par jour. Comment est-ce possible ?
Si vous faites appel à un crédit pour prendre en charge votre installation photovoltaïque et échelonner le paiement sur des mensualités, les kits d’autoconsommation solaire s’autofinancent. Le montant que vous économisez sur votre facture d’énergie chaque mois et la revente du surplus de production vous permettent de rembourser en quasi-totalité les mensualités de remboursement du prêt que vous avez souscrit pour votre générateur.
Vous passez ainsi à l’autoconsommation sans payer plus que vos factures actuelles d’électricité. Et une fois votre crédit remboursé, vous ne faites qu’économiser et gagner de l’argent !

La prime d’investissement pour l’autoconsommation

Si l’Etat n’a pas encore déployé de dispositif de l’ampleur des CEE pour le photovoltaïque, vous pouvez néanmoins bénéficier de la prime à l’investissement pour l’autoconsommation.

Pour en profiter, vous devez répondre aux conditions suivantes :

  • Avoir réalisé vos investissements photovoltaïques à compter du 10 mai 2017.
  • Autoconsommer votre production d’électricité et revendre son surplus.
  • Opter pour une installation de panneaux en toiture. Les panneaux au sol ne sont pas éligibles à la prime.
  • Choisir un installateur de panneaux solaires qualifié pour ce domaine de travaux et certifié RGE QUALI’PV. C’est la condition pour vous assurer de la qualité optimale de votre installation et du professionnalisme des artisans.

Les tarifs d’achat de surplus au 3ème trimestre 2020 (1 juillet au 30 septembre 2020)

Chaque trimestre, la CRE met à disposition des producteurs d’électricité photovoltaïque les tarifs d’achat du surplus et les montants de la prime à l’investissement en fonction de la puissance de l’installation. Ces tarifs d’achat sont basés sur divers critères comme le nombre de projets en attente de raccordement. Ils sont fixes pendant toute la durée du contrat, soit 20 ans.

Puissance de l’installationTarif d’achat €/kWhMontant de la prime à l’investissement
≤ 3 kWc0,10 € / kWh390 € / kWc
≤ 9 kWc0,10 € / kWh290 € / kWc
≤ 36 kWc0,06 € / kWh180 € / kWc
≤ 100 kWc0,06 € / kWh90 € / kWc

Appelez-nous

0 801 90 77 74 Appel gratuit lun-ven 9h18h

Être rappelé.e par un conseiller

Être recontacté